A la recherche de la muse

Partagez
Aller en bas
avatar
Se dit “Empereur du swag à l'infini”
Age : 20
Messages : 67

Inventaire
Avatar: Kano Shuuya
Pouvoir: Lire dans les pensées perverses
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

A la recherche de la muse

le Mer 18 Juin - 20:12
Un mois. Ça fait exactement un mois qu'Ozan s'est pris un bon gros coup de pattoune dans les côtes. Quand il est rentré à la ville, il a effectivement raconté son histoire à qui voulait l'entendre. Sa mère Lian, sa "petite sœur" Elia, les passants qui ont eu vent de ce qu'il s'était passé... Au final, pas mal de gens ont appris toute l'histoire. Comme quoi il n'y avait pas de monstre dans la forêt, juste une jeune fille qui avait peur du genre humain.

Bien sûr, il leur a demandé à tous de ne pas trop ébruiter ce fait, et de ne pas non plus aller la voir; si elle n'est pas une créature assoiffée de sang, elle n'en est pas moins dangereuse et redoutable. Entrer dans sa zone de chasse, c'est déjà mettre un pied dans la tombe. Et généralement, avec un pied dans la tombe, on a du mal à garder un bon équilibre, et on tombe facilement dedans en entier. Ou alors, faut vraiment être bien préparé, et se casser aussi vite que possible.

Mais malgré tout, Lian et Elia voulaient savoir à quoi ressemblait celle qui avait sauvé la vie de leur peintre préféré. Et pour savoir à quoi quelqu'un ressemble, quoi de mieux qu'un portrait fait par le vagabond? Rien, je suis d'accord. Sauf que pour faire un portrait, faut avoir la mémoire fraiche, ou le faire avec la muse en face de soit. Et comme il n'a vu sa sauveteuse que pendant une heure maximum, qu'il faisait assez sombre, et, pour ajouter un peu de piment, que c'était il y a un mois de cela, il n'avait d'autre choix que de retourner voir "la bête" pour la peindre en direct live.

Malgré la difficulté de sa tâche, Ozan était très enthousiaste à l'idée de revoir Kalliòpe - que je vais appeler Kalli à partir de maintenant, parce que j'en ai ras le cul de son "ò" chelou, avec son poil sur le crâne -. C'est vrai quoi, c'est pas tous les jours qu'on peut devenir pote avec une fille qui vit dans la forêt, et qui reste plus belle que la plupart des citadines, sans avoir besoin d'habits ou autres joyaux. Et pour être honnête, il voulait bien un portrait d'elle. Ne serait-ce que pour ces yeux, tantôt couleur sang, tantôt marrons. Ces yeux qui avaient en premier lieu attiré le peintre.

Prenant toutes les précautions nécessaires, il s'était approché en toute discrétion de la tanière de la jeune fille, qui n'était pas très difficile à repérer, vu qu'à mesure qu'on avançait, les cadavres d'animaux se faisaient de plus en plus fréquents. Une fois arrivé proche de l'entrée, il jeta un cadavre d'animal sur un piège repéré au préalable, et attendit en dessous du filet, assis en tailleur, le temps que la chasseuse se manifeste pour vérifier sa prise, qui s’avérerait une nouvelle fois assez décevante.

_________________
avatar
Mord. Très fort.
Age : 22
Messages : 86

Inventaire
Avatar: Kido Tsubomi
Pouvoir: Voir dans le noir
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: A la recherche de la muse

le Mer 18 Juin - 20:57
Kalliòpe avait vite fini par reprendre ses habitudes. A vrai dire, à peine eut-elle quitté ce petit impertinent de Cupcake, qu’elle en avait déjà oublié le nom. Courant à travers les arbres, avec et contre les vents, les marées et autre, vivant en osmose avec le soleil et la pousse naturelle, la Sauvageonne avait finit par retrouver la quiétude qui l’avait toujours habitée. Elle était si heureuse, dans cette étendue verte, animée que par les mouvements animaliers et la solitude. Le vrai bonheur était là pour elle, dessiné sous cette voute stellaire chaque soir, quand elle grimpait dans le plus haut arbre pour planter un hamac le temps d’une nuit. Si quelqu’un, un jour, lui demandait quand est-ce qu’elle était le plus heureuse, elle lui répondrait que c’est dans ces moments de solitude extrême, où elle est apaisée et tranquille.

Sauf qu’évidement, quand un emmerdeur a décidé de l’être jusqu’au bout, rien ne peut l’arrêter. Ce fut donc pour cette raison que la bonne humeur de Kalliòpe fut entachée durant cette journée. Alors qu’elle avait pris la décision de se confectionner un arc pour apprendre à s’en servir, un de ses pièges émit son bruit familier. Ce qui était étrange car ce n’était pas d’habitude à cette heure-là que les animaux – bien que trop intelligents pour rôder par là – ou les hommes venaient déranger la belle Betterave. La jeune femme hésita presque à ne pas y aller, consciente que ce n’était rien d’important. Mais son instinct lui murmura le contraire. Quelle ne fut pas sa déception quand, du haut de son arbre, elle aperçut Ozan en bas, entrain de l’attendre patiemment.

Toujours avec autant de discrétion et de souplesse, la jeune femme décida de descendre de son perchoir pour arriver, la tête en bas, à quelques centimètres du visage du jeune homme.

« Qu’est ce que tu fais là ? »

Pour accentuer la dose de bienvenue, la jeune femme appuya le manche de son poignard, là où l’ours avait griffé, il y a de ça un mois.

« Tu es venu en redemander ? »

_________________
avatar
Se dit “Empereur du swag à l'infini”
Age : 20
Messages : 67

Inventaire
Avatar: Kano Shuuya
Pouvoir: Lire dans les pensées perverses
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: A la recherche de la muse

le Mer 18 Juin - 21:57
Elle en avait pris du temps la bougre! Depuis quand on fait attendre ses invités comme ça? Alors certes, pour le coup, Ozan s'était un peu invité tout seul chez elle, et elle était pas exactement prévenue à l'avance. Mais tout de même, un peu de respect, quand un piège sonne, on vient vérifier, c'est la base, non? Tout ça pour dire que Kalli avait mit un temps fou pour venir, genre, au moins un bon quart d'heure, sûrement plus, Ozan est peintre, pas horloger, il peut pas tout faire non plus, faut arrêter d'être exigeant quoi.

Lorsque la jeune fille se montra finalement, la tête en bas, une dague pointée sur le torse de son visiteur, et avec son ton glacial, Ozan ne cilla même pas. Tout ce qu'il fit, ce fut un grand sourire pendant qu'elle l'accueillait à sa façon, toujours aussi amicale. Il se doutait bien qu'il n'aurait pas un accueil des plus chaleureux, après tout, elle l'avait abandonné sur la plage, ça voulait bien dire qu'elle ne voulait plus rien avoir à faire avec lui. Mais ça, le peintre s'en fichait bien, il voulait son portrait, et il allait l'avoir, un jour. Pas forcément aujourd'hui, ni même demain, mais à force de parler avec elle, elle finirait bien par accepter de se laisser peindre.

« Bonjour Kalliòpe! Ça fait longtemps, comment tu vas? Je vais en venir au fait assez vite, sinon je risque d'y perdre la vie. Alors voila, ma mère et ma petite sœur... Bon, c'est pas vraiment ma petite sœur c'est plus une amie, mais j'aime bien la considérer comme telle, j'ai toujours voulu une petite sœur... Bref, elles veulent savoir à quoi ressemble, je cite "L'Héroïne des bois qui a sauvé notre Ozan". Parce que oui, je leur ai tout dit, et elles te trouvent tellement fantastique... Enfin bon, tu t'en fous, pour en venir réellement au fait, j'aimerais faire un tableau. De toi. Genre, peindre ton portrait. T'acceptes, ou je vais devoir te supplier tous les jours pour que t'acceptes? Oh, ou alors, tu peux aussi me tuer maintenant. Mais ce serait con de m'avoir sauvé la vie pour me l'enlever après, non? »

Après cet énième monologue, il venait de réaliser qu'il était foutu. La pitié de Kalli avait certainement ses limites, et elle ne supportait pas très bien les monologues. Alors, commencer par ça, et lui proposer de le tuer, disons qu'Ozan avait déjà eu de meilleures idées dans sa vie. Oh, et peut-être que s'il survivait à ça, il tenterait d'assassiner Absalon, ce serait une bonne idée aussi non?

Toujours est-il que le plus arrangeant serait que la jeune fille accepte de donner un peu de son temps au peintre, sans faire trop de blabla, au moins ce serait fait, et elle serait -presque- débarrassée de lui!

_________________
avatar
Mord. Très fort.
Age : 22
Messages : 86

Inventaire
Avatar: Kido Tsubomi
Pouvoir: Voir dans le noir
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: A la recherche de la muse

le Jeu 19 Juin - 11:09
Décidément, Kalliòpe aurait préféré rester dans son coin à confectionner un arc et des flèches. Au fond, elle aurait dû éviter d’enlever les cadavres humains qui pourrissaient non loin de là, peut-être que ça aurait suffit pour faire fuir cet impétueux blondinet qui se croyait tout permis. Sérieusement, pourquoi ne l’avait-elle pas déjà égorgé ? Elle commençait vraiment à s’adoucir, c’était mauvais pour les affaires. Aujourd’hui, c’était lui, et demain elle aurait formé un nouveau clan autour de sa grotte, accompagnée de groupies hystériques qui voulaient apprendre à chasser l’ennui en égorgeant les autres. Absolument répugnant (pas l’acte de mort, mais bien la présence d’autres personnes autour d’elle. Beurk beurk beurk).

Allez savoir pourquoi, la jeune Sauvageonne était absolument fascinée – dans le mauvais sens du terme (sisi, y’en a un) – par le débit avec lequel le Cupcake parlait. Sérieusement, comment pouvait-on parler autant pour ne rien dire ? C’était absolument pathétique ! Il devait bien se rendre compte qu’il était ridicule, non ? Il parlait de sa mère, de sa sœur qui n’était pas sa sœur, de sa vie, de son village, de la peindre et … Attendez, quoi ? De la peindre ? Il s’était pris pour quoi ? De Vinci ? Même pas en rêve un seul de ses cheveux sera représenté sur une toile. Cependant, elle essaya d’être calme. Elle avait fait une résolution de tenir le mois (ou plutôt la semaine) sans blesser gravement un être humain. Kalliòpe était forte. Elle pouvait réussir.

Lâchant prise, elle retomba sur ses pattes à se colla très près de Ozan, lui soufflant son haleine putride au visage.

« Je préfèrerai me faire ouvrir en deux et trainer mes organes jusqu’à ton village de bisounours plutôt que d’avoir un portrait de moi qui traine entre tes mains. A bon entendeur. »

Sur ce, elle s’éloigna, lui tourna le dos et commença à retourner à ses occupations : construire un arc. Et bien qu’au bout de dix minutes, elle arrivait enfin à son rocher, où son amas de début de construction était étalé, elle savait qu’Ozan était derrière elle.

« Il faut que je fasse quoi pour que tu me lâches, sérieusement ? »

Hurla t-elle, vers la silhouette qui était toujours derrière elle, comme une sorte de deuxième ombre. Sérieusement, elle avait fait quoi pour mériter ça ?

_________________
avatar
Se dit “Empereur du swag à l'infini”
Age : 20
Messages : 67

Inventaire
Avatar: Kano Shuuya
Pouvoir: Lire dans les pensées perverses
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: A la recherche de la muse

le Jeu 19 Juin - 21:14
Au vu de la réponse claire et nette de Kalli, il semblerait que celle-ci ne soit pas exactement du genre à se laisser peindre facilement. Oh puis, Ozan nota dans un coin de sa tête qu'il faudrait qu'il apprenne à la jeune fille les biens faits du dentifrice, vous savez, cette chose merveilleuse qui permet à quelqu'un de ne pas avoir l'haleine d'un chacal décédé depuis plusieurs jours! Ce n'était guère étonnant que notre chasseresse n'en utilise pas, mais tout de même, il fallait faire quelque chose pour cette odeur quoi.

Après avoir très poliment rejeté la demande du peintre, elle tourna les pieds et repartit s'enfoncer dans la forêt. Sauf que ce serait très mal connaitre Ozan si elle espérait pouvoir le semer de la sorte. Il l'aurait son tableau, et peu importe s'il devait mourir pour cela, il revivrait même s'il le faut! Disons qu'il était autant déterminé à l'avoir que Kalli l'était à le voir partir de sa vie une bonne fois pour toute. Je me demande encore pourquoi elle ne l'a pas égorgé, depuis le temps. Ça lui ferait un casse-croûte en plus. Enfin, ne tentons pas le diable non plus.

« Eh bien, maintenant que tu en parles, j'ai justement une idée! Si tu veux, je peux partir, et ne -presque- plus revenir te harceler. Mais en échange, tu restes sans bouger un instant, le temps que je peigne! Ça m'a l'air plutôt équitable non? Tu perdrais une heure de ton temps, pour en gagner des dizaines! Imagine, toutes ces heures où tu ne m'auras pas dans les pattes, te quémandant sans arrêt de me laisser peindre ce beau visage harmonieux qu'est le tien! »

Ouais, il est chiant quand il s'y met, j'avoue. J'voudrais bien l’assommer un coup, mais bon, j'ai pas vraiment de contact physique possible avec lui. Bref. Tout le monde s'en fou, j'me trompe? Vous voulez la suite de l'histoire? EH BAH NON. JE FAIS LA GREVE. Ok, ok, j'avoue j'ai surtout essayé de prendre un peu de place parce que je sais plus trop quoi dire, mais que cette réponse me semblait un peu trop courte.

Sinon, pour revenir à l'histoire, Ozan était tellement désespéré qu'il en vint à se mettre à genoux devant Kalli, pour l'implorer de le laisser représenter sa trogne sur une de ses toiles dignes du Louvre -ah, le bon temps où le Louvre existait encore!

« Sinon, pourquoi tu veux à ce point que je te laisse tranquille? Je veux dire, ça te coûte quoi, à part un peu de temps, de parler avec moi, ou de me laisser te peindre? En plus, t'es super jolie, tu ferais une peinture sublime, j'en suis sûr! Sans compter qu'avec le cadre que j'ai là, sur un rocher, le soleil derrière toi... Comment dire, c'est juste parfait. »

_________________
avatar
Mord. Très fort.
Age : 22
Messages : 86

Inventaire
Avatar: Kido Tsubomi
Pouvoir: Voir dans le noir
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: A la recherche de la muse

le Ven 20 Juin - 11:12
Décidément, Ozan y tenait à son portrait. Et ce fut sûrement pour cette principale raison, cet espèce d’entêtement puéril et son instance constante que Kalliòpe pris la décision mentale de ne pas le laisser peindre, ne serait que son œil. Et si jamais elle voyait une toile d’elle quelque part, elle irait la brûler. Voilà. La prochaine fois, ce Cupcake n’essaierait de pas la harceler pour un tableau. Au pire, il finira bien par se laisser et aller voir une autre fille aux cheveux verts dans son village, ça ira très bien. Ce mec était, certes, un psychopathe, mais il n’allait pas non plus attendre indéfiniment pour quelque chose qu’il n’aurait jamais. Qui attendrait aussi longtemps pour quelque chose d’aussi incertain ?

Décidément, plein de surprise, le blondinet vint se mettre à genoux face à Kalliòpe. Chose qu’il n’aurait sûrement pas fait s’il avait remarqué qu’elle était entrain de tailler une dixième flèche, avec tant de précision qu’elle pourrait vous couper juste en l’effleurant. Il avait essayé le chantage, ça ne marchait pas. Il avait essayé la gentillesse, ça ne marche pas. Maintenant, il essayait la pitié. Et vous savez quoi ? Ca ne marcherait pas non plus. La Sauvageonne ne portait pas ce nom pour rien, elle avait abandonné l’humanité depuis trop longtemps pour se laisser avoir avec par une tête de chien battue.

Kalliòpe se pencha en avant, pour rapprocher son visage très près de celui d’Ozan, laissant sa flèche à quelques millimètres de son visage, pour qu’il sente la menace qui pesait sur lui, pour qu’il ressente la haine qu’il insufflait avec son regard vermeil.

« Je ne traite pas avec les faibles. »

Dit-elle, en lui laissant une incision très superficielle avec sa flèche. A cet instant, une idée lui vint à l’esprit. Elle laissa Ozan, les genoux dans la boue et se redressa pour s’étirer. Elle regarda autour d’elle. Elle pouvait voir la peinture et les toiles qui trainaient dans le sac du blondinet, la dense forêt au loin …

« Montre-moi de quoi tu es capable et on pourra en reparler. »

Dit-elle, en l’examinant de la tête aux pieds. Pas de muscle. Pas de force. Au pire, une certaine rapidité. Aucune agilité. Maladresse très grande. Sens à peine développé. Naïveté omniprésente. Stupidité … everhywhere. Kalliòpe soupira. Il n’y avait à tirer de lui. Même en l’entrainant pendant des semaines – ce qu’elle n’allait certainement pas faire – il ne serait même pas capable de tirer une flèche correctement. Pathétique.

_________________
avatar
Se dit “Empereur du swag à l'infini”
Age : 20
Messages : 67

Inventaire
Avatar: Kano Shuuya
Pouvoir: Lire dans les pensées perverses
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: A la recherche de la muse

le Ven 20 Juin - 12:52
Elle ne traitait donc pas avec les faibles. Venant d'une personne qui a trop peur des humains pour vivre avec eux, c'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité non? Ozan n'était certes pas quelqu'un de particulièrement fort ou quoi que ce soit, mais clairement, il avait au moins le courage - oui, bon, certains appelleront plutôt ça de la stupidité, soit- de faire face à celle que tout le monde traitait comme une monstre. D'ailleurs, elle semblait haïr les humains parce qu'ils l'ont rejetée, alors pourquoi fuir le seul qui veut lui parler, et devenir son ami? Peut-être que je me fais des illusions en fait, et que si elle ne les aime pas, c'est pour une tout autre raison, m'enfin.

Après avoir endommagé encore un peu plus le corps du blondinet, sans qu'il n'en ressente réellement de la douleur toutefois, elle lui proposa un marché. Enfin, ils pouvaient commencer à discuter. A condition qu'Ozan se montre à la hauteur de ses espérances. Ou alors qu'il les surpasse, parce qu'au vu du regard affligé que lui lançait Kalli, elle ne semblait pas espérer grand chose de lui. Alors il commença à chercher. Qu'est-ce qui pourrait lui montrer qu'il n'est pas qu'un faiblard sans intérêt?

Il mit quelques minutes à réaliser ce sur quoi bossait la sauvageonne. Un arc. Bien sûr. Mais il n'était pas encore fini, loin de là. Grâce à son père qui lui a laissé deux-trois gênes de bricoleur, il savait quand même comment le terminer, et partant une minute ou deux chercher des matériaux pour finaliser la création de la jeune fille, il put alors se mettre au travail. Il était un peu rouillé, sa passion étant plus la création d'oeuvres d'art que d'armes, mais il réussi à terminer l'arc en une vingtaine de minutes.

Après avoir testé la corde en tirant deux ou trois fois dans un arbre, il prit une autre flèche qu'il encocha, et pointa son arme vers le ciel, se concentra quelques secondes, et lâcha la corde. Quelques secondes plus tard, un oiseau volant pas bien haut retomba sur le sol, la tête séparée du corps par la flèche.

« Je peux aussi faire deux-trois trucs avec un sabre, ou une lance. Voire une dague si vraiment il le faut, mais bon. Ça te suffit, ou va encore falloir que j'ôte la vie à de pauvres animaux qui ne le méritaient pas le moins du monde? Ou alors, tu vas me demander d'égorger un humain par derrière? »

Même s'il n'était pas mauvais avec certaines armes, je pense que vous l'aurez deviné, il n'aime pas particulièrement s'en servir. Elles ne font que faire souffrir et ôter la vie. Or, le but d'un artiste est avant tout de rendre les choses immortelles en les peignant, les sculptant, les enregistrant, les jouant...

_________________
avatar
Mord. Très fort.
Age : 22
Messages : 86

Inventaire
Avatar: Kido Tsubomi
Pouvoir: Voir dans le noir
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: A la recherche de la muse

le Ven 20 Juin - 13:10
Le regard d’Ozan semblait à l’affût du moindre truc à faire. Il prit la décision de s’occuper de son arc. Au début sceptique, Kalliòpe le laissa faire et se contenta de faire le tour de ses pièges pour vérifier qu’aucun innocent était coincé dedans (je parle d’animaux ici, les humains sont forcément coupables) et revint vingt minutes après pour voir que le jeune Cupcake venait tout juste de finir sa tâche. Un écureuil s’était logé sur l’épaule de la jeune femme, qu’elle nourrissait de noix qui trainaient dans ses poches, pendant que le jeune homme décochait quelques flèches contre un arbre. Bravo, Ozan, tu sais viser les arbres, quelque chose de plus intéressant dans une forêt ?

Pivotant sur lui-même, le jeune homme finit par tirer une flèche vers le ciel. Un sourire narquois se dessinait sur le visage de la jeune fille … il attendait quoi ? Voir tomber la lune ? A cet instant où elle allait retourner à sa besogne, un oiseau tomba raide mort, séparé de son corps, à quelques centimètres des pieds de la jeune femme. Elle leva un sourcil dubitatif, heureuse que son mollet découvert ne soit pas entaché par ce sang qu’elle n’avait pas fait couler. Puis, elle regarda à nouveau Ozan, qui semblait tout à fait désinvolte, comme si tout cela avait été calculé … Pff, coup de chance, à coup sûr.

Ce petit air arrogant qu’il employait était à la fois terriblement agaçant et terriblement … craquant. Oui, parfaitement. Et elle ne parlait pas de ses os quand elle aurait posé ses phalanges sur lui. Pendant un instant, un très court instant, Kalliòpe effleura l’idée que tous n’étaient pas complètement dénudés d’intérêt. A croire qu’on pouvait être agaçant, chiant comme pas deux, complètement ridicule, avoir un physique peu avantageux, avoir un Qi digne de celui d’un enfant de trois ans sous cocaïne … et savoir impressionner Kalliòpe Salvaxe. Pour peu, l’estime qu’elle avait pour le genre humain pourrait presque remonter ! Mais non.

L’écureuil sur son épaule commença à s’agiter, désireux de recevoir une nouvelle noix mais la jeune femme concentra son attention sur Ozan, qui parlait déjà d’égorger des gens.

« Le jour où je te vois égorger quelqu’un, je crois que je commencerai à revoir mes principes. Tu es loin d’être un guerrier, encore moins un tueur. »

Dit-elle, avec un sourire mauvais aux coins des lèvres. Puis elle tendit des noix à l’animal sur son épaule, qui s’en délecta avec des petits krkrkr.

« Je refuse toujours que tu me peignes. rajouta t-elle, d’un ton calme en s’asseyant en tailleur par terre. Alors, Ozan, dis-moi, que veux-tu savoir ? »

_________________
avatar
Se dit “Empereur du swag à l'infini”
Age : 20
Messages : 67

Inventaire
Avatar: Kano Shuuya
Pouvoir: Lire dans les pensées perverses
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: A la recherche de la muse

le Ven 20 Juin - 13:41
Au moins une chose de bien chez Kalli, c'est qu'elle était clairement consciente qu'Ozan n'était pas vraiment du genre à adorer enlever la vie aux êtres vivants, et encore moins aux Humains. Encore, les animaux, ça peut passer, en général, c'est pour se nourrir, faut bien tuer des animaux pour ça de temps en temps. Mais les Hommes? Disons que dans la mesure du possible, il préférait éviter de pointer son arme vers eux.

Je tiens à préciser qu'Ozan et moi nous sommes mis d'accord pour dire que l'écureuil que Kalli était en train de nourrir est complètement craquant, et qu'on aimerait bien le garder rien que pour nous. Oh puis l'autre peintre veut rajouter qu'on ressent le bon côté de la sauvageonne qui ressort quand elle le nourrit, et que ce serait juste parfait pour le tableau. Encore une fois. A croire qu'elle faisait exprès de se mettre dans des angles et des situations parfaits, juste pour faire enrager l'artiste qui n'avait toujours pas la permission de la peindre.

Par contre, la jeune fille lui a offert le droit à une question. Et rien que ça, la connaissant, ça devait lui demander de prendre énormément sur soit. Ne pas s'enfuir, et même proposer à un être humain de parler, l'horreur non?

« Puisque tu le demandes, je pense que ça va pas vraiment te faire plaisir comme question, mais j'aimerais savoir ce qui te dégoûte tant chez l'être humain, pourquoi tu nous repousse à ce point. Je suis d'accord pour dire que certains sont nazes, mais pas au point de tous les détester quand même! Ils sont capables de tellement de merveilles, et y en a pas deux qui se ressemblent parmi tous les Humains présents dans ce monde! »

Chaque fois qu'il parlait de la race humaine, Ozan ne pouvait dissimuler la grande joie qu'il avait à en parler. Il pensait sincèrement tout ce qu'il disait, et on pouvait bien l'entendre à sa voix. Il n'émanait de lui qu'une grande sincérité et un amour inconditionnel pour ses confrères humains.

En soit, c'est l'exact opposé de la sauvageonne, et c'est pour ça qu'il aimerait savoir ce qui ne va pas chez elle. Il est tellement optimiste, qu'il se dit que peut-être, s'il connaissait la source du problème, il aurait une chance de le régler, et de faire accepter la réalité à Kalli. Et puis, on va pas se mentir, il commençait à bien l'aimer, même si elle est agaçante par moments, et il voudrait bien en savoir plus sur elle, et sa façon de penser. Histoire de devenir son pote quoi.

_________________
avatar
Mord. Très fort.
Age : 22
Messages : 86

Inventaire
Avatar: Kido Tsubomi
Pouvoir: Voir dans le noir
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: A la recherche de la muse

le Lun 23 Juin - 17:35
Effectivement, la question ne plu pas à la jeune femme. L’écureuil à ses côtés commençait gentiment à s’agiter, ce qui détourna l’attention de la jeune femme, qui le prit dans sa main pour le déposer aux pieds de l’arbre le plus proche. Très rapidement, la petite bête s’enfonça dans la forêt, disparaissant de la vue de tous. Malgré tout, Kalliòpe continuait de fixer un point invisible dans cette direction. Elle réfléchissait, lentement, à une réponse concrète. Son premier instinct aurait sûrement été de grogner. Puis de formuler quelque chose comme « Parce que. »  ou « C’est ma vie. » ou « Je t’en pose des questions, petit con ? ». Mais, elle s’abstient – comme quoi la présence d’humain à ses côtés, aussi fréquemment, tendait à la rendre plus réfléchie ; ou alors c’était parce qu’elle avait compris qu’il ne la lâcherait qu’à partir du moment où il était satisfait.

Ozan semblait particulièrement fan de la race humaine. Ce qui était compréhensible : un grand gaillard comme lui, incapable d’aligner trois mots sans parler de beauté, de gentillesse, d’amour, de couleur … Il était aveuglé par un optimiste déconcertant. Et Kalliòpe était tout ce qu’il avait de plus opposé. Autre preuve, elle s’en foutait royalement des raisons qui le poussaient à créer un autel à sa passion alors que lui voulait absolument savoir le pourquoi du comment. Ne se lasserait-il jamais ? N’importe qui l’aurait déjà décapité pour juste avoir osé parler. Fort heureusement pour lui, la Betterave était caractérisée plus patiente que la plupart des autres. Ce qui s’expliquait par les heures à attendre sous un amas de feuillets en pleine saison des pluies, dans la boue, qu’une proie se montre.

Kalliòpe ne saurait vous dire combien de temps s’était écoulé entre la question posée et sa réponse, peut-être cinq secondes, peut-être une demi-heure, mais elle se décida enfin à planter son regard dans celui d’Ozan.

« Je ne trouve pas le genre humain particulièrement intéressant. Je n’ai jamais aspiré à me mêler à une foule, je n’ai jamais apprécié être entouré, je n’aime pas les clans, je n’ai jamais affectionné vivre parmi les autres. Je chéri ma solitude, je raffole de mon mode de vie, à l’écart de toute vie humaine. Je suis bien comme ça, loin des masses. Je me suis, manifestement, habituée à rejeter  tout le monde, car je sais qu’il suffit qu’une seule personne pour que ça ouvre la porte à tout le monde. Il suffit qu’une seule personne parle de vous comme quelqu’un de bien pour qu’un amas de chair veule vous rencontrer. Et je ne veux pas rencontrer d’amas de chair. Je ne veux pas m’assoir au coin d’un feu pour boire un thé et parler des ragots du quartier. Je ne vois pas comment on peut éprouver du plaisir à s’arrêter dans notre élan journalier pour parler avec un inconnu et lui faire remarquer qu’il y a du soleil. Je le vois. Je n’ai besoin de personne pour me le rappeler. L’hypocrisie des gens me répugnent. Et elle est partout. Kalliòpe s’arrêta soudainement, conscient qu’elle avait beaucoup plus parler maintenant que jamais. Je pourrais continuer pendant des heures, mais je n’y vois pas l’intérêt. Tu ne partages pas mon point de vue, je ne partage pas le tien et aucun de nous deux ne devrait influencer l’autre dans ses choix. »

Conclu-t-elle pour couper Ozan dans tout discours pour essayer de lui faire changer d'avis.

_________________
avatar
Se dit “Empereur du swag à l'infini”
Age : 20
Messages : 67

Inventaire
Avatar: Kano Shuuya
Pouvoir: Lire dans les pensées perverses
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: A la recherche de la muse

le Mer 25 Juin - 13:18
Alors Ozan se trompait. Ca n'était pas dû à un traumatisme quelconque, si elle fuyait le genre humain, c'était simplement pour la même raison qui pousse le peintre à aller vers lui; son être tout entier le lui demandait. Elle haïssait les conversations avec des inconnus autant que le blondinet les adore, pareil pour les histoires au coin du feu, ou même n'importe où, sûrement. Du coup, il ne comprenait pas du tout ce mode de pensée, et il était intrigué au plus haut point. Mais elle avait tout à fait raison dans sa dernière phrase. Il n'avait pas le droit de tenter de la faire changer d'avis, et de toutes façons, vu comme c'était parti, il y avait peu de chances qu'il y arrive un jour. En tous cas, pas avec de simples mots.

Il avait bien une idée en tête. Mais c'était une idée suicidaire. Du genre de celles qu'on évite en général, parce qu'on sait très bien que notre tête finira sur un piquet. Par exemple, s'appeler Sean Bean, ça encourage le destin à vous tuer. Ouais, là, c'était au même niveau. Vous voyez à quel point c'est suicidaire. Mais bon, après tout, il avait déjà tellement joué avec la mort ces derniers temps, il pouvait bien se permettre de continuer. Prenant donc son courage à deux mains, il s'approcha lentement de Kalli, et la prit dans ses bras. Oui, il fait un câlin à la fille la plus dangereuse qu'il ait rencontré jusque là. J'vous avais dit que niveau idée merde, ça valait pas mal.

« Je vais arrêter d'essayer de te faire changer d'avis avec mes monologues, visiblement, ça marche pas. Mais je voulais au moins te faire ressentir la chaleur humaine, ne serait-ce qu'une fois. Toi même, tu émets cette chaleur. Ca prouve que tu es des notres. Tu es comme moi, tout au fond. Mais je comprends que tu ne veuilles pas l'entendre, ou le comprendre. »

Il se retira alors, surpris d'avoir survécu assez longtemps pour pouvoir sortir une autre tirade. Il se doutait toute fois que ça risquait de ne pas durer bien longtemps, et se recula donc de quelques pas.

« Ne compte donc pas sur moi pour abandonner. Et je veux ce tableau, je te rappelle. Je l'aurai bien un jour ou l'autre! »

Sur ces mots, il lui fit un grand sourire, plus grand encore que ceux dont il a l'habitude, et lui déposa son arc alors fini à ses pieds. Puis se recula encore. Elle fait peur mine de rien.

_________________
avatar
Mord. Très fort.
Age : 22
Messages : 86

Inventaire
Avatar: Kido Tsubomi
Pouvoir: Voir dans le noir
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: A la recherche de la muse

le Mer 25 Juin - 14:43
Kalliòpe ne savait pas à quoi elle s’attendait, en réalité. Allait-il partir ? Ou bien entamer un long discours pour essayer de la faire changer d’avis ? Si c’était cette option qu’il choisissait, elle se promettait entièrement de lui enfoncer une lance dans l’estomac. Sérieusement. Être aussi idiot ne pouvait pas être permis et lui taper sur le système à ce point non plus. Si Ozan choisissait de la noyer dans un flot de parole, il allait mourir. C’était simple, clair, net et précis. S’il ne comprenait pas ça dans le regard vermeil de la jeune femme, il ne pourrait jamais rien comprendre à la vie.

Sauf que voilà, la Betterave s’attendait sûrement à tout sauf à ce qui se déroula pour de vrai. Le jeune Cupcake s’approcha d’elle. Très près d’elle. Pendant un instant, elle s’imaginait déjà lui enrouler ses doigts autour de la nuque et lui briser, mais ce n’était pas très correct alors elle évita d’y songer trop fort. Puis voilà, l’inévitable se produisit. L’insensé se créa. L’impossible se matérialisa. L’in… ouais ok, vous avez saisi l’idée. Ozan enlaça Kalliòpe. Pas pour la tuer, juste pour lui faire un … câlin. Oui, voilà c’était le mot.

Sur le coup, Kalliòpe était tellement surprise qu’elle failli lui casser les deux jambes, lui briser le dos et s’enfuir. Mais bizarrement, elle se retint assez longtemps pour réussir à canaliser toutes ces mauvaises ondes. Je ne dirais pas qu’elle a apprécié ce geste étrange, car totalement inconnu pour elle jusqu’à ce jour, mais elle su ressentir quelques frémissements de chaleur au niveau de son myocarde. Ce qui était affreusement détestable tant c’était peu désagréable – vous suivez ou vous voulez un dessin ?

Puis Ozan se recula, répétant qu’au fond, ils étaient pareils. En temps normal, Kalliòpe lui aurait sûrement craché au visage – et pas que métaphoriquement parlant – mais sur le coup, elle était trop perturbée pour réagir correctement. Il finit par se reculer, ce qui laissa à la jeune femme le temps de reprendre un peu son souffle – qu’elle avait stoppé sous la surprise – et de se remettre de ses émotions. Puis, il recula encore, disant qu’il n’abandonnerait pas son tableau. Il déposa les armes. Et recula, encore. Avec un grand sourire. Très grand sourire. Très charmant sourire. Sur un très beau visage. … Kalliòpe se sentit légèrement rougir d’avoir ce genre de pensées. Elle en avait honte. Trouver un humain beau ? Même pas en rêve. Même les entrailles d’ours étaient plus attirantes.

La jeune femme grogna, tentant tant bien que mal de cacher son malaise et pointa son regard vers l’arc.

« Tu peux le garder. J’en veux pas. Tu l’as construis. »


Et pour cause, il tirait probablement mieux qu’elle. Il en ferait meilleur usage. Puis, elle se rapprocha de lui, un peu plus, planta un regard haineux, rouge sang, dans le sien.

« Plus jamais. Jamais. JAMAIS. Tu refais ça. Sinon je t’égorge. Je t’arrache tes tripes. Et redécore ton village avec. »

Elle avait dit avec un calme olympien. Un calme encore plus perturbant que si elle avait crié. Mais au fond, plus elle regardait Ozan, plus elle avait envie de le reprendre dans ses bras. Ce qui était vraiment, vraiment très dérangeant. Déstabilisant. Exci… exacerbant. Vraiment affreux. Kalliòpe grogna à nouveau et tourna le dos au Cupcake, sans pour autant bouger. Elle s’était sentie virer au rouge et c’était pire que tout. Sérieusement. Elle ? Rougir ? Sérieusement ? Face à ça ? Sérieusement ? SÉRIEUSEMENT ?

_________________
avatar
Se dit “Empereur du swag à l'infini”
Age : 20
Messages : 67

Inventaire
Avatar: Kano Shuuya
Pouvoir: Lire dans les pensées perverses
Dans les poches:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: A la recherche de la muse

le Jeu 26 Juin - 9:47
Visiblement, Kalli n'avait pas grandement apprécié l'action perpétrée par Ozan. Fallait un peu s'en douter en même temps. Câliner une fille qui hait les gens et le contact humain... Fallait oser, je lui accorde au moins ça. Et si elle ne l'avait pas tué sur le champ, ça n'empêche qu'elle lui avait promis de très jolies choses s'il recommençait! Un avenir radieux, dans lequel le jeune peintre redécorerait tout son village! Le rêve pour Ozan, en d'autres termes. Si seulement ce n'était pas avec ses tripes.

Toutefois, c'était étrange... Kalli avait l'air... gênée. Oui, c'est le mot, elle avait l'air complètement perturbée par l'action du jeune homme. Pour une fille comme elle, cette sensation devait être très bizarre. Heureusement pour elle, Ozan n'avait rien remarqué. Du tout. Il pensait juste qu'elle lui en voulait à mort, pour changer un peu.

« Ça va, c'est juste un câlin, Kalli! Des tas de gens font ça pour montrer leur affection, des trucs du genre! »

Pas sûr que ça la fasse se sentir mieux. Pas sûr non plus qu'il ait réfléchi à ses propos. Pas sûr non plus qu'il réfléchisse des fois en fait. Sans plus attendre, il reprit l'arc que la chasseuse avait expressément refusé, et posa une main sur la tête de la jeune fille. Encore. Comme si la première fois ne lui avait pas servi de leçon ou quoi que ce soit.

« Je vais te laisser là pour aujourd'hui, avant que tu ne m'étripe vraiment. J'aimerais bien rester un peu plus longtemps en vie après tout. Prend soin de toi madame la sauvage, je reviendrai te harceler un de ces jours, t'inquiète pas, tu te débarrasseras pas de moi comme ça! »

Ceci étant dit, il retira vite sa main. Un coup de couteau était si vite parti par ici, il vaut mieux éviter de jouer avec le feu trop longtemps quand même. Puis, sans laisser le temps à sa nouvelle amie - relation à sens unique, je suppose- de parler, il enchaîna.

« Et repense bien à ma demande, ce serait cool si tu pouvais changer d'avis concernant le tableau pour la prochaine fois que je viendrai te voir! Vraiment, j'ai extrêmement envie de peindre un portrait avec toi pour modèle! »

Il s'en alla à reculons, avec un autre de ses sourires, manqua de se casser la gueule une dizaine de fois, et s'enfonça dans la forêt après avoir écouté ce que la jeune fille avait à dire.

_________________
Contenu sponsorisé

Re: A la recherche de la muse

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos partenaires
Les forums des staffeux
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Maecenas posuere bibendum neque eget vulputate. Fusce ac commodo neque. In mi mi, pulvinar in placerat ac, facilisis ut ligula. Aliquam volutpat justo sit amet vulputate pellentesque. Proin et metus in augue luctus mattis eget eu felis. Morbi semper erat enim, vel pharetra justo malesuada vitae. Fusce eget tempor augue, quis iaculis eros. Mauris sodales enim erat, in suscipit quam posuere quis. Donec non nisi condimentum, imperdiet purus malesuada, volutpat nunc. Pellentesque leo ex, efficitur a nibh non, tristique maximus mauris. Integer egestas turpis quis neque euismod consequat. Aliquam vel suscipit justo. Vivamus suscipit rutrum neque, vel eleifend odio iaculis eget. Aenean feugiat lacinia ante ut porta. Nullam in euismod erat, eu consequat urna. Nullam aliquet sem eu justo maximus, eu maximus ipsum blandit.Quisque facilisis varius sapien non consequat. Mauris fringilla vehicula arcu, vitae viverra nulla dignissim ac. Quisque et semper nunc. Vestibulum porttitor, nisl et porta rutrum, ipsum justo convallis velit, non aliquam nulla mauris tincidunt velit. Etiam eleifend, nulla a faucibus consectetur, metus purus ornare augue, vel porttitor turpis sapien id nisl. Orci varius natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Nulla vel purus quam. Aenean ligula leo, tincidunt id dictum a, gravida sed sem. Nulla facilisi. Integer dictum elementum mattis. Etiam pharetra maximus odio sit amet eleifend. Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Proin commodo felis id porta gravida. Nunc eget dignissim ipsum, ut rhoncus mauris. Praesent cursus mi nec lectus laoreet luctus. Quisque vel aliquet quam.Vestibulum interdum purus est, eget egestas lectus placerat nec. Sed elementum est in est feugiat, ac congue orper viverra. Nullam condimentum neque vel lorem interdum, at ultricies turpis efficitur.